Schéma 2 : Alcool

Les informations contenues dans nos schémas, à l’instar de toutes les informations sur notre site internet, sont données à titre indicatif. Elles ne remplacent en aucun cas le contact avec un avocat, qui seul saura vous conseiller utilement en fonction de votre situation personnelle et des circonstances propres de votre infraction.

Télécharger le schéma

Remarques générales :

La qualification de l’infraction ainsi que les sanctions mentionnées dans les schémas ne sont applicables que lorsque la conduite en état d’ébriété est la seule infraction commise. Une qualification et des sanctions plus sévères pourraient être prononcées si d’autres infractions sont commises simultanément.

Les chauffeurs professionnels et les nouveaux conducteurs (mais également les élèves conducteurs, les moniteurs de conduite et les conducteurs-accompagnateurs) doivent tous respecter la concentration d’alcool fixée (≥ 0,05 mg/l ou 0,10 ‰). A défaut, ils commettent d’emblée une infraction grave, susceptible d’un retrait de permis de trois mois et d’une peine pécuniaire

Sanctions administratives :

Les sanctions administratives mentionnées dans ce schéma sont des minimas légaux en-deçà desquels les autorités ne peuvent pas aller. Elles conservent toutefois la liberté de prononcer des sanctions plus lourdes en fonction de la faute commise et de l’ensemble des circonstances.

En cas d’antécédents dans les 10 ans, les minimums légaux peuvent être augmentés. Voir à ce sujet le schéma 3, intitulé « influence des antécédents sur les sanctions administratives ».

En cas de permis à l’essai, un premier retrait entraine une prolongation de la période probatoire pour un an. La seconde infraction entraine l’annulation du permis à l’essai.

Sanctions pénales :

Les sanctions pénales mentionnées dans les schémas 1 et 2 le sont à titre indicatif et correspondent aux recommandations de la Conférence des Procureurs Suisses (CPS). Les autorités de poursuites pénales conservent néanmoins la liberté de prononcer des sanctions selon leur libre appréciation de la faute, de l’ensemble des circonstances et des antécédents.

Les sanctions pénales en jours-amende ou en peines privatives de liberté sont en principe toujours prononcées avec sursis si vous n’êtes pas récidiviste, ce qui signifie que vous n’avez pas à payer les jours-amende ou à exécuter de la prison, sauf si vous récidivez et que le sursis est révoqué. Dans ce cas toutefois, les Procureurs ou les Juges infligent en plus une amende, à titre de sanction immédiate.

Si vous avez des antécédents, le droit pénal prévoit que votre sanction sera augmentée. Vous risquez également que le sursis ne soit plus accordé après une deuxième ou une troisième infraction, en particulier si elles ne sont pas espacées dans le temps.

Flash info

L'accompagnateur, bien plus qu'un simple passager
04.07.2020
lire la suite
«Les sanctions à l'encontre de VW devraient avoir un effet en Suisse»
09.04.2020
lire la suite
Dépasser ou devancer, la confusion peut coûter cher!
27.02.2020
lire la suite